Culture

Après "Taxi Casablanca", "Les tortues ne meurent pas de vieillesse"

CINEMA Ils avaient déjà créé l’émotion lors de la diffusion de leur dernier projet commun. Cette fois-ci, Hind Benchekroun et Sami Mermer nous font découvrir leur dernier film, “Les tortues ne meurent pas de vieillesse”. Déjà récompensé, au 17ème Festival de Tétouan, ce film-documentaire raconte la situation précaire de trois vieux marocains harnachés à leur triste sort.

Elle est marocaine, lui turc, et partagent un point commun. Tous deux sont impliqués dans la vie des gens simples et sans prétention. Ils cherchent à montrer la vie de tout un chacun, telle qu’elle est vraiment. Le précédent documentaire de la réalisatrice, “Taxi Casablanca” (dans lequel Sami était directeur photo) se base sur la vie de la seule femme chauffeur de grands taxis de la ville. Une histoire déjà pleine d’émotions authentiques qui nous faisait vivre le quotidien d'une femme pas comme les autres.

Dans ce nouvel opus sur la vérité marocaine, la caméra nous entraîne à la rencontre de trois hommes du Nord du Maroc, au passé difficile et à l’avenir incertain. Un pêcheur éreinté, un aubergiste esseulé et un musicien des rues, tous les trois condamnés à travailler jusqu’à ce que mort s’en suive. Loin des batailles syndicales sur la question des retraites, ce film expose brillament que la vie est un combat sans échapatoire.

 

Le film était diffusé le 24 juillet dernier à la cinémathèque de Tanger, mais dans les jours prochains, il quittera sa terre natale pour conquérir l’attrait du public québécois à Montreal. (en salle à partir du 26 Aout)