À savoir

Casablanca : un patrimoine préhistorique d'exception

Par: Sabrina BOUISRI  

ARCHEOLOGIE Et oui la ville de Casablanca ne rime pas seulement avec modernité ! L’ouverture de plusieurs carrières, suite au développement de la ville en 1907, a permis de déceler un patrimoine préhistorique remarquable. Made in Casablanca vous fait un état des lieux de ces fabuleux trésors uniques en Afrique du Nord.

Histoire

La ville blanche possède un grand héritage préhistorique. En effet, Casablanca est construite sur les ruines de l'ancienne cité d'Anfa dont l’origine reste toujours un mystère... Pendant plusieurs millénaires, de multiples sites préhistoriques de la cité d’Afna restent cachés sous la ville.

La découverte des sites majeurs vers le début du siècle, a mis en lumière des vestiges d'hominidés tels que "Atlanthropes" de SidiAbderrahmane et des Carrières Thomas et Oulad Hamida. Depuis 1978, un plan de recherches a été mis en place et comprend, en plus de l’examination des sites "classiques", de nouveaux travaux générés par l'urbanisation croissante et le besoin de préserver au mieux ce patrimoine remarquable.

La grotte des rhinocéros

La grotte des rhinocéros fut découverte le 6 mai 1991 par M. El Graoui et H. Caidrha dans la “carrière Oulad Hamida”. D’après les analyses réalisées par la méthode de Résonance Paragmagnétique électronique (RPE) sur l’émail de dents de rhinocéros blancs, le lieu fut occupé il y a environ 600 000 ans. De plus, les fouilles de la Grotte des Rhinocéros ont livré de grands et petits Mammifères : plus de 30 espèces au total : quelques reptiles, une douzaine d'oiseaux et des crânes entiers ou partiels de rhinocéros. La découverte d’outils de pierre utilisés pour le dépeçage, la boucherie et la fracturation d'ossements témoigne aussi de la présence humaine dans cette grotte.

Casablanca, carrière Oulad Hamida 1, fouilles 1991, ossements de rhinocéros et d'outils en quartzite 

Le site de la Carrière Thomas I

En 1993, l’extension du nettoyage de la carrière Thomas I, sur plus de 1000m², a permis de révéler l’existence de vestiges de l'Acheuléen ancien (1,0 Ma environ) liés à une faune dominée par l'Hippopotame comprenant ainsi des éléphants, zèbres et gazelles. Lors des recherches en 1994, 1995 et 1996, trois nouveaux restes humains dentaires du Pléistocène moyen ont été déterrés dans la grotte de la carrière Thomas. C’est dans cette carrière que la plus ancienne occupation préhistorique du Maroc a été découverte datant d’au moins 600 000 ans : “L'Homme de la carrière Thomas I”, symbolisé par une hémi-mandibule de 1969.

Casablanca, carrière Thomas I, grotte à hominidés. Prémolaire supérieure d'Homo erectus découverte en 1994

la Grotte des Ours à Sidi Abderrahmane

Les fouilles de 1992 dans la Grotte des Ours à Sidi Abderrahmane ont livré de nouvelles analyses stratigraphiques et technologiques. L'Homme de Sidi Abderrahmane, symbolisé par un fragment d’os de la mâchoire, fut le premier découvert, en 1955, dans la Grotte des Littorines aujourd'hui démolie. La carrière de Sidi Abderrahmane est devenu un parc préhistorique en 1993.